Posted on

Article paru dans la version papier de Senior d’aujourd’hui, n°7 

Ancien cadre dirigeant dans la grande distribution et figure locale du monde économique, Jacques Guillamot, 70 ans,  n’a jamais été aussi actif que depuis qu’il est à la retraite.

Son créneau :  aider les jeunes et moins jeunes à entreprendre, mais surtout, mobiliser autour de lui pour les soutenir.

Comment avez-vous préparé votre retraite ?

«Durant toute ma vie professionnelle je n’ai à aucun moment pensé à la retraite.

Par contre, dans l’année qui a précédé mon départ en retraite, j’ai organisé avec mon épouse notre futur lieu de vie en cherchant une case correspondant à nos attentes dans un quartier sympathique.

Le cadre de vie étant arrêté, ce n’est qu’après mon départ en retraite que j’ai organisé ma vie autour de plusieurs activités de bénévolat ayant trait à la création d’entreprises, à la croissance des pme, et à l’insertion des jeunes.»

Que vous inspire le mot séniors ?

«A quel âge a-t-on le droit de revendiquer le titre de sénior : à 50 ans ? 60 ans ? 70 ans ? Le label est un peu flou pour qu’on s’interroge. Par contre si on parle de « Gramoune » ou de « Tamalou », là on comprend qu’on a franchi un cap, ce qui ne nous empêche pas de rester actif et d’apporter bénévolement notre expérience pour faire avancer la Réunion.»

Quelles différences entre les retraités d’hier et ceux d’aujourd’hui,

« Nous sommes censés vivre plus longtemps.

C’est un vrai bonheur, si la santé va bien, avec les activités qui en découlent, et si on a le sentiment d’être heureux et d’être utile avec de l’amour autour de soi.»

Vous avez choisi de rester très actif en soutenant tous ceux qui souhaitent entreprendre, créer leur entreprise, pourquoi ?

« Pour que La Réunion ait un avenir souriant, ou un avenir tout court, il faut créer de l’emploi, et le meilleur moyen pour cela est d’aider les créateurs d’entreprises.

Je ne suis pas certain que j’aurais eu la même détermination si j’avais pris ma retraite en Métropole.»

 

Avec le programme les Audacieux, qui aide les + de 50 ans à monter leur entreprise, quel message voulez faire passer aux 50 ans et plus ?

« Le même message que j’adresse aux jeunes : il n’y a pas d’âge pour créer son entreprise et réussir ! »

Quelles activités personnelles, quelles envies aviez-vous gardé pour votre retraite ?

«Consacrer deux après-midi en semaine à faire du sport ou une activité de loisirs sans être contraint par le temps est un vrai plaisir impossible à réaliser sans être à la retraite.

Autre envie réalisable à la retraite : voyager en dehors des périodes de forte affluence.»

Quels rêves avez-vous encore à réaliser ?

«Deux rêves majeurs :

Voir La Réunion dans quelques années avec un taux de chômage très faible, identique ou inférieur à celui de la métropole et voir mes petits enfants (produits de la mondialisation métis Français/Chinois) être heureux et avoir dans quinze ans de beaux projets en matière de vie professionnelle.

 

IMPRIMER