Posted on

La perte de cheveux est un sujet tabou pour « bien des raisons » alors qu’elle est naturelle et qu’elle est due à une modification du métabolisme passé un certain âge. Elle ne signifie pas perte de virilité pour autant !  L’acceptation du changement  traduit peut être une sorte de rituel vers l’âge des séniors.

Zidane a été pour beaucoup dans cette acceptation de soi, en montrant la voie, un certain été « footballistique » inoubliable de 98.

Récit décalé.

 

La boule à zéro, chauve… c’était déplacé. C’était même synonyme de perte de cheveux ou d’âge avancé. Messieurs, ça ne l’est plus !

Coiffeur au « Barber » depuis maintenant quelques années, Jean Patrick est unanime. « On a eu les lauriers, le rond de chapeau, la perruque Grease et le duvet raz des paquettes avec ce qu’il restait ».

Aujourd’hui dès qu’un poil se profile sur le caillou, on coupe à raz, on ne s’embarrasse pas et les séniors, en raffolent, allant même jusqu’à se lustrer le haut du crâne.

Elle est loin l’époque, où Jean Mich’, allait se calfeutrer dans les toilettes, un peigne en ivoire planqué dans la poche pour réajuster sa coupe « affro’ » ou la longue tignasse façon André Agassi.

On a essayé de les en dissuader pendant vingt ans, il a fallu que Zidane gagne la coupe du monde, pour qu’ils arborent la « toiture » de la coupe de Jules Rimet.

 

 

Le conseil est arrivé un peu tard, merci les mecs !

 

Quand on lui demande si ce n’est pas trop frustrant de mettre la boule à zéro, Jean-Patrick sourit malicieusement. « Le prix reste le même, on prend un sabot de taille douze et on rase. Ca défoule quand on a passé la journée à faire de la sculpture pour des Hipster – nouvelle génération. Le bruit de la tondeuse fonçant sur une autoroute glissante, c’est plutôt grisant. »

 

Perruques et gomina Pento

La tendance n’est donc plus nouvelle… les hommes mûrs ont tous franchi le pas et la perruque qui faisait rire, objet de toutes les moqueries, sert désormais  d’accessoires de déguisement.

« Elle trouve encore preneur le samedi » nous précise quand même Jean-Pat, « …pour de mystérieuses soirées déguisées. Cette fois Jack Sparrow (2) a le vent en poupe ».

 

Cette évolution, comme toujours est à mettre au crédit de la mode et de ceux, qui la font, les stars. Et chez le Barber, le vieux Bob, l’ancien, qui a traversé toutes les époques, peut en dire long sur la question.

 

Il nous narre le cours de la gomina qui a connu son apogée au début des années 80 grâce à M.DOUGLAS. « Celui-là », il a fait du bien au Business » nous précise –t-il. Il  s’en souvient comme si c’était hier !

 

Les cartons de Pento atterrissaient par lot dans l’arrière-boutique.

C’était désagréable d’en avoir plein les doigts toute la journée. Puis, un certain André A (1), qui faisait l’essuie – glace sur les terres ocres de la porte d’Auteuil et renvoyé des missiles par anticipation de services croisés, a donné le feu vert à une drôle de tendance.

 

La boule à zéro

 

« C’est propre. Et c’est vrai qu’on est passé d’une époque où les cheveux rasés faisaient un peu peur à une période où c’est un signe de virilité ».

Une épouse ravie.

 

 

La boule à zéro, au milieu des années 90, c’était déplacé et mal vu. Il y avait plein de connotations. Les années ont passé et une boule, un peu dégradée malgré toute sa volonté, a fait irruption dans la surface de réparation. 1 et 2 et 3 zéro. Zidane était passé par là avec ses buts mirifiques laissant coi les anti-boules à zéro.« L’ère de la perruque était finie. » soupire Bob .

 «   On a commencé à entendre des gens dire qu’ils n’avaient plus honte, d’avoir un trou au milieu du crâne. » «  On est comme Zidane. » clamaient-ils !

 

Si ça avait été Deschamps (3) , la perruque  et la brosse à pellicule seraient encore dans nos salons.

Bob se gratte la barbe, un peu comme lui, le pauvre Deschamps n’a jamais eu l’occasion de franchir la ligne médiane… ça ne risquait pas d’ailleurs pas avec Aimé Jacquet.

La coupe du monde de Football débutera le 14 juin. Sans Zidane et sa boule à zéro ! On pensera à lui.

 

*NDLR : (1) André AGASSI, tennisman à la retraite, (2) Le Pirate des Caraïbes,(3) Entraîneur de l’Equipe de France

 

IMPRIMER

Laisser un commentaire